• JE ME PRESENTE

    Un mot de présentation

     Evacuons le « Qui-suis-je ? ». Aucun intérêt.

    Je suis un auteur, rien de mieux que de me lire pour me découvrir.

    Née il y a belle lurette, dans une banlieue nord de Paris alors rurale, j’ai passé 30 ans à déambuler sous les cieux et les toits gris de la capitale, puis j’ai opté pour la lumière d’abord du Var, puis du Couserans.

    Mon personnage d’écrivain, Nicolaï a dû cohabiter à son grand dam, avec les difficultés de ma vie de femme aux lourdes responsabilités. Il a été plusieurs fois brimé, rendu muet ou mis au placard en attente de jours meilleurs où s’épanouir. Il a beaucoup travaillé quand même, à temps volé.

    Se posait un dilemme : la recherche d’un éditeur, tâche chronovore et accaparante, ou bien continuer de nous consacrer à l’écriture. Nous avons favorisé l’écriture, et accumulé les textes aboutis, remettant à plus tard de les donner à lire. Le temps enfin venu d’une sérénité plus grande, Nicole et Nicolaï font à nouveau un seul corps.

    Le nom des femmes n’est pas fixe. Il suit les aléas conjugaux. Nicole préféra rester Nicolaï. Je suis donc Nicolaï Drassof, auteur sans histoire (mais plein d’histoires ! ), et c’est Nicole que vous rencontrerez parfois. Deux faces d’un même esprit, d’un même cœur, d’une même personnalité.

    J’ai mis un certain temps à me rendre compte que j’évoluais sur un sentier entre la réalité et un domaine de l’imaginaire assez proche du féérique parfois, afin de mieux mettre ce monde au service de personnages falots, transparents, faiblards, inadaptés ou mal nés, souffrant dans notre réalité trop rude pour eux. J’ai pour eux une compassion tendre et amusée.

    J’aime les mots, la langue, que je cherche à servir fidèlement J ‘aime l’humour, la dérision si elle est pour moi-même. Quelquefois une ironie vite rattrapée J’aime jouer avec les mots, le sens, changer de point de vue et me moquer des poncifs.

    Avant tout, il y a les romans et les nouvelles. Par considération pour mes lecteurs, je jugule ma fantaisie au profit de la clarté. Même en pleine féerie, même si des chemins de traverse se présentent, je les dépasse avec regret , caressant l’idée d’y revenir.

    Peut-être croyez-vous me connaître un peu mieux, maintenant. Pourtant, ce n’est qu’en le lisant qu’on connaît un auteur.

    J’aime raconter les histoires du pays de mes personnages. Hors des livres, ils se connaissent, parlent et souvent à mon détriment. Je leur ménage des rencontres, des petites fêtes douces avec rires et chansons.

    J’apprécie aussi l’absurde, qui me donne à ressentir une vraie jouissance aussi bien à la lecture qu’à l’écriture. Là encore, je sens que je me retiens trop. Il y a mon amour des personnages et mon respect du lecteur...

    Et les contes, les petits textes courts qui permettent de semer tant d’idées, en douceur... Je les adore

    Il y a du rebelle en moi Je résiste aux modes, aux simplifications paresseuses, à la méchanceté de salon, parfaitement consciente de nager à contre-courant et de desservir mon image. Au lieu de resserrer mon vocabulaire comme il est de mise, je laisse aller mon enthousiasme pour les mots et tournures précis et musicaux . Comme je ne désire séduire que des lecteurs intelligents et sensibles, cela restera ainsi.

    Peut-être croyez-vous me connaître un peu mieux, maintenant. Pourtant, ce n’est qu’en le lisant qu’on connaît un auteur.

     

    « Les trois sources du roman "L'île de Zoé Crue Robinson"lignes enchevêtrées »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :