• Quand JULIE passe la porte

      QUAND JULIE PASSE LA PORTE...

     

    Je vous propose de partager l’affection, la tendresse que j’ai pour Julie.

    Pas très en forme, Julie.

    Une tenace sensation d’être habitée, squattée par une autre personnalité, incompréhensible, effrayante, mais profondément aimée.

    Et puis des lubies, des absences, des blancs dans sa morne existence de rescapée.

    Rescapée de quoi ? Elle ne sait plus.

    Alors elle mène  patiemment cette maigre vie reconstruite par l’altruisme de Serge, son compagnon, émergé lui aussi d’un enfer personnel.

    C’est une  « affection de toutous, un amour d’outre néant » qui unit ces deux là...

     Une porte surgit par hasard, d’un jeu,. Une « ouverture dans du rien », mais une ouverture.

     

    elle vit des aventures étranges, déroutantes, imprévisibles, hors du temps.

     

    Où l’entraînent ces escapades ? Quel monde va-t-elle découvrir ? Quels monstres va-t-elle débusquer ? Devra-t-elle tuer ce qu’elle aime et réside au fond d’elle-même ?

    Se débarrassera-t-elle des fils de soie qui la font chrysalide et l’empêchent d’éclore ?

    Retrouvera-telle la faim de vivre et d’aimer ?

     

    QUAND JULIE PASSE LA PORTE   Roman  191 pages :  13 euros   

    (expédition immédiate) 

    Commande et chèque à  Nicole Acquaroli  Ch. de la mole 09190 LORP-SENTARAILLE     

     

     

    réponses à vos questions:

    On me demande de résumer QUAND JULIE PASSE LA PORTE. Voici

    Depuis qu'elle et Serge son compagnon sont sortis de l'établissement de Post-cure pour tenter de vivre à nouveau et de se re-socialiser,

    Julie s'est résignée à une existence morne, régie par une présence en elle, à la fois dérangeante et aimée

    Le hasard (est-ce bien lui ?) dresse une porte "un obstacle dans du rien et non une ouverture dans une continuité fermée"au fond de son jardin.

    Le but du jeu étant d'imaginer qu'au delà de la porte réside tout ce qui peut manquer.

    De cette plaisanterie  de départ, Julie fait une quête sérieuse et inconsciente des monstres tapis au fond de son âme.

    De ses escapades au-delà du seuil sortiront successivement tous ses fantômes, dont certains mortels parce que terriblement intimes.

    Une histoire de guérison pleine d'aventures et d'imprévus, facile à lire malgré sa subtilité.

    On me demande également un ou quelques extraits:

    Extrait du chapitre 1

     Qui es-tu ? Qui ?

    —  Pourquoi ces errances, ces vagabondages ?

    —  Pour me retrouver...

    —  Tu vis, toi ! 

     —  Qui es-tu?

    —  En me rejoignant tu le comprendras... Je suis aussi ton passé. 

    —  Mon passé est à moi seule. J’en assume le poids

    —  Viens à moi, tu verras que non. 

     — Où es-tu ?

    —  Dans un bien étrange pays. J’y suis seule, je t’attends... 

     — Comment te rejoindre ?

     — Il te faudra parvenir au sombre lieu où tout est révélé. Viendras-tu jamais... ? Ecoute ton âme : viens... ! Viens... !

    — Es-tu un démon ? Cherches-tu à me tenter

    — Je t’aime comme moi-même... Je ne veux pas ton âme...Seulement ton corps.

    — Il n’est plus mien. Il est prisonnier. Je souffre.

    — Je sais. Viens ! Je le délivrerai.Pour nous.

     

        Je suis le squatter de ton ego. Comprends-tu ?  Viens... Viens...

    Mes pas martelaient ma perplexité. Les arbres, les rosiers,  les verveines et les grandes herbes folles exhalaient leurs souffles vivants comme des plaintes.  Je ne comprenais pas, alors, la chanson et les signes.

     Il a fallu un événement presque burlesque pour  alerter mes sens endormis

     Il a fallu cette porte...

     

    Extrait du chapitre 11

    Lovée dans mon cocon doux je reprends conscience. Ce paradoxe m’obsède, dérive ma pensée : Ici, dans ce havre avidement désiré mon réconfort provient d’une inexplicable évocation d’horreur !
    Mais cet immense amour sans objet qui m’habite ? Cette joie, ce soulagement ?…
    Mon esprit lui aussi est ligoté par les fils de soie qui emprisonnent mon corps. Un sommeil sans rêves me déconnecte de ces énigmes obsédantes.
    La plage est belle et calme. Mon pas assuré suit l’ourlet fluctuant des vaguelettes du ressac. Le soleil approche la surface incandescente de l’océan. Derrière moi, les oiseaux de mer s’abattent bruyamment sur le sable fraîchement découvert, se disputant alevins, crustacés et coquillages abandonnés par le flot. Je m’en amuse, marchant souvent à reculons pour les observer et jouir du vent sur mon visage. Je n’ai pas vu surgir la porte du néant. Béante.
     

    extrait du chapitre 18

    Cernée de tous côtés par ma vie, je suis noyée dans le murmure de tous ces témoignages. Ils sont la marée qui m’engloutit vague par vague.
    Comment ai-je pu, à partir d’une telle histoire devenir la jeune femme pacifique et fragile, mélancolique et solitaire, communiant avec la nature seule efficace pour faire vibrer son cœur sec ?
    J’ai été si différente...
    J’ai été l’égérie passionnée d’une bande de motards à moitié intellos, à moitié artistes. J’ai débattu avec flamme au milieu d’eux de grands sujets révolutionnant la littérature ou l’art. J’ai été l’amoureuse enviée de Tom, son modèle en peinture et sa muse.
    J’ai été tout cela.

    Extrait du chapitre 20

    Me voici au jardin au milieu des douces couleurs d'automne. Une brume humide monte de la prairie, chargée d'une odeur d'humus aux relents nostalgiques...

    Se peut-il que ma mère ne m'ait point détestée, qu'elle ait été seulement accaparée par quelque chose ?Quoi ? Une maladie: les lettres entrevues provenaient toutes d'une clinique parisienne..

    Pensive, je rejoins la maison d'un pas lent, assorti au temps et aux souvenirs desquels j'émerge à peine..

     

    Dévoiler plus avant le roman: l'action, les autres protagonistes, les surprises et les révélations gâcherait votre plaisir de lecteur

    Il y a 36 chapitres mais nous en resterons là, voulez-vous ?

     
     
     
     
    « Joko Le notaire et les ptits garçons »

    Tags Tags : , , , , , , , , , ,